ESPACE BLOG
Thématiques
Formats

Voir les offres spéciales du Souffle d'Or

Sortir de l’autisme

Publié le : 13/01/2020 13:56:17
Catégories : La Presse en parle , Parentalité et éducation , Santé et bien-être

Sortir de l’autisme

Pourquoi stimuler les organes des enfants autistes ?

Stimuler des organes ou des systèmes métaboliques défaillants permet de réduire, voire, chez certains enfants, d’effacer totalement un diagnostic antérieur d’autisme. Rêve ? Hypothèse scientifique à tester ? Non, réalité médicale vérifiée depuis plusieurs décennies !

Nous parlons ici d’autisme régressif, acquis après plusieurs mois ou années de développement normal de l’enfant. L’autisme classique ou génétique ne touche qu’un faible pourcentage d’enfants, alors que l’autisme régressif déferle comme un raz-de-marée dans l’ensemble de notre monde moderne, emportant dans son sillage des millions d’enfants désormais atteints de Troubles du Spectre Autistique.

Vers un traitement biomédical de l’autisme ?

Né aux États-Unis dans les années 1990, sous la houlette du Dr Bernard Rimland et d’autres médecins eux-mêmes parents ou grands-parents d’enfants autistes, le réseau « Defeat Autisme Now » ou DAN (« Vaincre l’autisme maintenant ») travaille sans relâche à la compréhension et la mise en œuvre du traitement biomédical de l’autisme.

Les enfants atteints de TSA semblent avoir en commun un cerveau carencé en éléments nutritifs essentiels. Les causes en sont multiples, mais un facteur dominant est l’exposition aux contaminants environnementaux omniprésents dans nos sociétés* et plus précisément aux métaux lourds – que ces derniers aient été intégrés aux amalgames dentaires reçus par la mère pendant la gestation ou directement injectés aux nourrissons avec les vaccins infantiles.

Depuis que les médecins soignent les troubles physiologiques et biochimiques associés aux TSA, l’espoir revient dans les familles concernées. Comme l’explique Jaquelyn McCandless**, chercheuse infatigable dans ce domaine, « il faut soigner les intestins, fortifier le système immunitaire de l’enfant par un régime sans risques et des compléments alimentaires calibrés sur mesure, et puis bloquer l’absorption de nouveaux produits toxiques, tout en faisant baisser la charge de ceux qui se sont déjà accumulés. C’est seulement alors que le cerveau devient capable d’absorber les nutriments dont il a besoin ». 

Par Catherine Marquot, traductrice du livre **Autisme et troubles métaboliques – Ces enfants au cerveau carencé, Jaquelyn McCandless, Le Souffle d’Or, février 2020

* L’autisme en lumière – Introduction à la méthode HANDLE, Judith Bluestone, Le Souffle d’or, avril 2019

Ceci peut vous intéresser

Partager ce contenu