ESPACE BLOG
Thématiques
Formats

Voir les offres spéciales du Souffle d'Or

De la maladie à la conscience

Publié le : 20/04/2021 12:02:40
Catégories : La Presse en parle , Santé et bien-être

De la maladie à la conscience

Qui lit ces mots ? Qui est malade ? Qui veut guérir ? Et de quoi au fait ? 


De l’apparence des choses, c’est à dire du symptôme, ou - de sa cause, de l’origine de la maladie. Car après tout si la maladie est là c’est qu’il en existe une raison, un sens, voir une utilité, celle au moins d’attirer notre attention. Alors pourquoi se débarrasser si rapidement de ce messager, de cet ami ? Ou veux tu lutter contre elle, c’est à dire contre toi en vérité.

Nous le voyons, la maladie peut être perçue de tant de façons différentes, selon notre éducation, nos expériences directes et nos conditionnements subtils. Mais elle est là et personne n’y échappe. Connaissez vous une seule personne qui n’est fait l’expérience de la maladie ?

  • L’hématidrose du Christ,
  • La dysenterie du Buddha,
  • Le cancer du pancréas de Krisnamurti,
  • Le mal aux dents de ton grand-père.

Je ne suis conscient d’avoir des dents que lorsqu’elles me font mal, d’avoir un coude droit que lorsque je le blesse. Sais tu que tu as un rein droit ? Non. Tu le crois, tu le penses, mais tu ne le sais pas par toi-même, directement.

Inconscience permanente de chacun d’entre nous sur notre corps, son utilité, son vécu et il est grand ; son vécu n’est pas que le nôtre, sais tu ? Mais remonte dans le temps de tes ancêtres.

Inconscience permanente de chacun d’entre nous sur notre histoire, notre passé personnel et transgénérationnel. Sur nos émotions. Nos croyances. Nos pensées.

Mais surtout, inconscience totale et absolue sur nos identifications, car nous nous prenons pour notre corps, notre histoire, nos pensées, nos émotions, nos maladies, nos relations. Nous nous prenons pour les mots que nous prononçons - non pour celui qui les prononce !

La maladie comme chemin de retour à soi

Le retour à soi pour se dépouiller de soi. Se dépouiller de soi pour se découvrir avant la maladie, avant l’émotion, avant le corps, avant l’histoire, avant l’identification. « Avant la conscience même » ! Pour citer Nisargadatta Maharaj.

Ah oui au fait : qui lit ces mots ? Quelqu’un se cache-t-il dans les trois lettres "moi" ? Alors je te propose si tu l’acceptes de continuer cet article selon ton inspiration du moment, ce qui nait en toi et qui ne vient pas de toi...

Christian Flèche, auteur de La maladie est un livre ouvert sur l'inconscient, Ed Souffle d'Or, avril 2021

Ceci peut vous intéresser

Partager ce contenu