ESPACE BLOG
Thématiques
Formats

Nos codes promos :

BIO22 - Recevez en cadeau notre tote bag 100% coton bio et profitez de frais de livraison réduits à 0,01€ dès 50€ d'achat. Valable pour les 100 premières commandes jusqu'au 31 juillet avec le code BIO22

POCHON22 - Pour l'achat simultané de 2 jeux relationnels de Frédérique Epelly (voir ici), recevez en cadeau un sac pochon avec le code POCHON22

Voir les offres spéciales du Souffle d'Or

Comment mieux choisir, grâce à la vision trilogique ?

Publié le : 08/06/2022 10:36:03
Catégories : Développement personnel , La Presse en parle

Comment mieux choisir,  grâce à la vision trilogique ?

De nos jours, le mode de pensée le plus répandu est binaire, c’est-à-dire qu’il oppose deux pôles : défauts/qualités, bien/mal, blanc/noir, oui/non…Nous sommes éduqués dans la logique mathématique dont l’un des postulats de base est de dire que l’opposé d’une proposition fausse est vraie. Et si l’opposée d’une proposition fausse était tout aussi fausse, mais dans une énergie qui lui est diamétralement opposée ?

N’en déplaise aux rebelles, le fait d’être contre a priori n’est pas issu d’un vrai choix. Cette posture atteste plutôt d’un conditionnement en contre aussi fort que celui qui consiste à toujours être d’accord avec son interlocuteur (par peur du conflit, pour qu’il n’y ait pas de vagues, ...). Tant qu’il s’agit d’une posture systématique, cela exclut l’exercice de la liberté et du discernement qui permettraient de choisir en connaissance de cause. Le but étant d’arriver à dire de vrais OUI, de vrais NON et de savoir à quoi nous disons OUI en affirmant notre NON. Cela nous permet ainsi d’écarter les OUI, MAIS…

Le fil de notre vie est marqué par une succession de choix. C’est en exerçant notre libre-arbitre et notre discernement, en notre âme et conscience. Nous pouvons faire le saut de l’ange, en nous engageant pleinement sur une intime conviction, sur un profond appel du cœur.

Dans le cadre de la psychologie, aux qualités sont opposées des défauts. Mais à y regarder de plus près, parmi les défauts nous en trouvons deux sortes qui sont mélangées l’une à l’autre. Il y a des attitudes qui relèvent d’un excès (colérique, éparpillé, orgueilleux) et d’autres qui représentent un manque (lâche, hypocrite, fataliste). Ce mélange n’aide pas à discerner là où se situe le problème : est-ce un excès qui mériterait d’être tempéré, ou est-ce un manque qui nécessiterait de déployer une énergie constructive positive ?

Toutefois, nos émotions perturbent souvent notre analyse des tenants et aboutissants d’une situation et ainsi, nous induisent en erreur.

Avec deux tendances opposées :

  • en excès avec un filtre chaud, d’exubérance, de colère, d’orgueil, d’éparpillement, voir d’illusion
  • en manque avec un filtre froid, de doute, de peurs, de dépression, de procrastination, voir de destruction

Vision trilogique, logique du tri par trois

La vision trilogique présente donc une solution sous la forme d’une troisième option, en différenciant l’excès et le manque sans être un compromis, bien au contraire. Elle encourage à trouver un 3ème chemin qui n’est pas « un peu d’excès » ajouter à « un peu de manque » ce qui serait se contenter de « deux demi-défaites » basées sur le reniement de soi. Mais elle permet d'aller chercher un terrain d’entente basé sur un point de vue plus vaste remontant à la cause des motivations de chacun.

Ce n’est pas le sentiment qui permet de trouver une solution mais bien le questionnement qui permet de se hisser en haut du triangle. En effet, vivre la qualité demande une transcendance. Ces efforts sont liés à la fois aux clés qui permettent de sortir de l’excès et à celles qui aident à sortir du manque.

Symptômes de l’excès et de l’illusion :

  • rêver nos projets plutôt qu’œuvrer à leur réussite
  • attendre un « sauveur »
  • se plaindre de nos conditions de vie et incriminer les autres
  • oublier nos buts en cours de route, les noyer avec de faux objectifs 
  • combler notre vide intérieur par de multiples produits ou activités futiles et insipides, s’éparpiller, rester à la périphérie de soi-même
  • fuir ce qui nous fait peur, ce qui nous demande des efforts
  • refuser de prendre position, un non-choix finit par devenir un faux-choix
  • faire l’autruche, ne pas vouloir voir les problèmes en face

Clés pour sortir de l’illusion et de l’excès

Le mouvement général ici consiste à trancher, séparer, choisir pour mettre de la lumière là où résident du flou, de l’excès, de la dilatation. Cela nous demande de nous concentrer pour mieux voir la nature du problème. Pour cela, nous cherchons à monter dans notre pensée afin de discerner, de clarifier, se questionner. Plus nous dynamisons notre pensée, en nous demandant pourquoi nous en sommes là, plus nous trouverons des solutions pour évoluer.

Si je me concentre : en rassemblant mes forces, je peux ensuite me définir, réveiller mon soleil intérieur, sortir des influences pour mieux faire mes choix. Pour cela, je peux me demander POURQUOI je fais les choses, afin de toucher l’essentiel, de prendre de la hauteur, de nommer les valeurs qui animent mon cœur. Cela me demande d'accepter ma différence et de me confronter à mes peurs de la solitude et des responsabilités.

Autrement dit : au lieu de tourner en rond, je choisis une direction, j’exerce mon libre arbitre, je me concentre dessus, je garde mon cap, j'avance, je m'ouvre à l'inconnu, au futur. Ainsi je révèle mon courage et avance vers les buts chers à mon cœur.

Symptômes du manque et de la destruction :

  • se sentir impuissant, incapable de créer, d’inventer, d’avancer
  • se soumettre à des autorités extérieures, « ne pas avoir le choix »
  • se noyer dans les émotions négatives, devenir dépressif, incapable de trouver des solutions par soi-même
  • avoir peur des sanctions suite à des erreurs, se sentir coupable
  • s’autodétruire, retourner contre soi-même les forces de mort et de vengeance 
  • mépriser les gens, projeter sur eux notre mal-être, notre regard noir sur la vie
  • se dénigrer, perdre confiance en soi, déverser ses plaintes sur autrui

Clés pour sortir de la destruction et du manque

C’est à nous de donner le coup de talon au fond de la piscine, de choisir d’arrêter de nous noyer et de remonter à la surface en prenant la responsabilité de notre vie.

A l’image de la métamorphose de la chenille en papillon, c’est le moment où elle semble mourir dans le cocon, alors qu’en réalité elle fabrique ses ailes. Ce processus de mort-renaissance fait penser au phœnix. Il s’agit de se déconditionner, de sortir de notre pilotage automatique et de transformer l'ombre en lumière par nos efforts individuels. Personne ne peut le faire à notre place, et nous ne pouvons pas le faire pour l’autre, cela représente une dimension d’Égalité : chacun a à se sauver lui-même. Et cela permet d'apporter de soi aux autres, de s'ouvrir au futur.

Prenons l’exemple du processus créatif.

Avec une vision binaire, nous nous disons soit créateur, soit incapable de créer. Avec une vision trilogique, nous regardons de plus près la « non-création », nous y voyons l’excès dans le fait d’être tout feu tout flamme, de commencer pleins de projets sans les mener à terme. Et le manque représente le sentiment d’impuissance qui tue toute initiative dans l’œuf. Avec des oscillations dans le temps entre l’excès et le manque.

Alors avec ce diagnostic nous pouvons exploiter les clés appropriées aux situations rencontrées. Pour sortir de l’excès et de l’éparpillement, nous développerons la concentration sur un vrai projet créatif et nous le mènerons jusqu’à son terme. Cela nous permettra de valoriser nos compétences et d’asseoir notre confiance en nous.

Pour sortir du manque, nous pouvons faire un bilan de ce que nous avons déjà créé afin de cultiver la gratitude pour l’existant. Puis nous pouvons raffermir notre espérance et le lien à notre idéal qui nourrissent notre aspiration à créer, à donner de nous-même.

Cultiver la gratitude de ce que l’on a déjà, de nos victoires remportées, en tirer des leçons afin de les valoriser, cela nous permet de partir d’un plein en nous, de mobiliser nos ressources, notre richesse et de l’offrir au monde. Alors nous exerçons notre libre arbitre et sortons du fatalisme, de la prison programmée du mode vengeance qui s’est mis en route pour nous faire basculer dans la destruction. De ce fait, nous permettons à notre lumière de passer au-delà des barreaux de la prison.

Un levier essentiel dans ce processus est de se demander pourquoi nous vivons cela ; en cherchant la cause profonde et spirituelle, nous traversons couche par couche les apparences. Nous lâchons les boucs émissaires et nous nous hissons au cœur et au centre de notre destinée afin d’en percevoir la trame bienveillante. Nous apprenons de nos erreurs. Le pourquoi détient la force de faire éclore la lumière dans l’obscurité.

Gratitude aux clés qu’apporte cette vision trilogique, elles permettent de renforcer les qualités qui enflamment notre cœur !

Par Céline Cazé et Vanina Renard, auteures du coffret/jeu SOLILUNE, mieux se connaître et se révéler grâce à la vision trilogique, illustré par Hicuro, paru le 9 juin 2022 aux éditions Le Souffle d’Or

Ceci peut vous intéresser

Partager ce contenu