ESPACE BLOG
Thématiques
Formats

Voir les offres spéciales du Souffle d'Or

À l’image de Narcisse… Se connaître soi-même, antidote contre la souffrance

Publié le : 08/02/2021 11:07:15
Catégories : Développement personnel , La Presse en parle

À l’image de Narcisse… Se connaître soi-même, antidote contre la souffrance

Cultiver ce goût d'apprendre qui l'on est...

Ceux qui sont tombés dans la marmite de la croissance individuelle le savent : plus on en apprend sur soi, plus on creuse, on découvre, on fait des liens, on a des évidences délicieuses, des constats effarants, des surprises inattendues… Plus ce goût d’apprendre qui l’on est, devient un besoin essentiel.

Se connaître : ses failles, ses joies, son fonctionnement dans un groupe, ses vulnérabilités dans le couple, la façon dont on nourrit ses liens affectifs, ses besoins quotidiens ; cela permet de sortir des cycles de frustrations, d’agressivité passive, de déprimes fluctuantes. Toute personne sur un chemin de croissance découvre qu’elle ne peut plus pointer du doigt vers l’autre sans entendre une petite voix intérieure... Cette voix de conscience qui rappelle que notre réalité émerge de nous et que nous en sommes entièrement responsables. Il ne s’agit jamais vraiment de la personne en face… Mais du lien qu’on nourrit avec elle et de la manière dont on l’entretient. Si une relation ou une situation nous déplait, nous apprenons qu’il s’agit de prendre du recul, un temps d’introspection, un brin d’humilité et d’ouverture au changement pour ré-axer l’extérieur en fonction de l’intérieur.

Le développement personnel n’est pas si personnel ?

Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait en penser, le développement personnel n’est pas si personnel que cela. C’est en partant de soi que l’on impacte réellement le monde. Sans ce travail intérieur, tout acte de changement est vain, car il part des mêmes croyances limitantes et des mêmes volontés excessives. Tout Narcisse penché sur ses eaux intérieures est un révolutionnaire qui ne cherche pas à se faire reconnaitre comme tel. Le jour où il se relèvera, son regard transformé métamorphosera ce et ceux qu’il approche. Chaque fois qu’il aura besoin de se purifier des émotions accumulées qui deviennent crispations, mots de travers et pensées empoisonnées, il pourra retourner poser son corps et son regard dans le reflet de lui-même. Il y trouvera un nouvel axe et une direction alignés à son âme.

De là dire que nous devrions tous être des Narcisse ? Oui… Et non. Oui, chacun.e avec son espace et son chemin vers l’intérieur pour s’interroger en profondeur. Non, car là réside justement le secret de la Magie Personnelle : chacune et chacun d’entre nous a des dons et des capacités uniques qu’elle ou il est venu.e offrir au monde. Et c’est en plongeant dans son cœur que l’on peut se souvenir de ces couleurs qui nous sont propres et qui ne ressemblent parfaitement à aucunes autres.

Toute guérison passe par un cycle de mort

La plupart des conflits de ce monde viennent de la disparition des êtres tel que Narcisse qui nous enseigne cette voie intérieure. Nombreux sont partis dans les monastères, les montagnes, les campagnes, fuyant une civilisation de plus en plus grinçante et agressive. N’étant pas entendus sous les vacarmes du progrès, de la course à l’efficacité, à l’argent et au succès, ces sages aux regards des profondeurs océaniques ont fermé les paupières et envoient au monde malade des vœux de guérison… N’est-ce pas ce que nous sommes peut-être en train de vivre enfin en ces années 2020, 2021 ? Une transformation en profondeur qui mènera, on l’espère, vers d’importants changements de paradigmes ? Toute guérison passe par un cycle de mort, à l’image des feuilles devenues de l’humus qui nourrissent les pousses suivantes… Le souci c’est que dans une société ultra-performante, la mort – comme le féminin – est bannie. Au revoir les Narcisse, au revoir la Magie Personnelle, bonjour la compétition et la souffrance.

Définir ses territoires personnels pour y associer une identité

J’ai un historique intime avec le sentiment de compétition. Ayant une sœur d’un an mon aînée, blonde comme moi et de la même taille à l’époque, nous étions partout accueillies par des acclamations ravies : « On dirait des jumelles ! ».  Aïe. Aïe pour l’aînée qui n’est pas reconnue dans son droit de naissance, aïe pour la cadette qui ne sait plus qui elle est et si elle doit imiter sa sœur pour être valable. En grandissant, l’on cherche alors désespérément à définir ses territoires personnels pour y associer une identité. Sauf que du coup cette identité est la conséquence de cette blessure, marquée par la relation à l’autre et ses traumas. Alors qui est-on vraiment, au milieu de ces relations identitaires ? Qui est-on sans elles ?... C’est ce que nous enseigne la Magie Personnelle. Cette Magie, don de la Grande Mère qui nous l’a confiée en posant son doigt sur nos lèvres à l’incarnation, nous révèle notre unicité et notre différence. En nous souvenant de ce secret initial, toute compétition et besoin compulsif de comparaison disparaissent : nous ne pouvons plus envier l’autre ni nous comparer à lui, car nous sommes tout simplement différents. Complémentaires et irremplaçables. Connaissez-vous la vôtre, de Magie Personnelle ?

Je suis persuadée que nous avons besoin d’un temps Narcisse chaque jour, chaque semaine pour nous remémorer les secrets de notre Magie Personnelle. Je suis persuadée que chacune et chacun peut devenir une révolution à lui ou elle seul.e en prenant le temps de respirer, ressentir et authentifier ce qui s’agite en soi, avant de penser puis d’agir. Un temps de Terre et d’Eau, avant l’Air et le Feu. Ensemble, nous pouvons nous rappeler nos Magies Personnelles et retrouver notre pleine souveraineté. Nous devenons Magiciennes et Magiciens de nos vies, capables de répondre en écho à un monde en profonde mutation.

Amala Klep, autrice de La voie de la magicienne publié aux éditions le Souffle d'Or, février 2021

Ceci peut vous intéresser

Partager ce contenu