VOTRE COMPTE

 VOTRE PANIER
Vous avez 0 articles
Qui écoute ? (ebook)


Informations
Editeur : Le Souffle d'Or
Collection : Chrysalide
ISBN : 978 2 84058 506 0
Format : E-Pub

Vous aimez ? Faites le savoir !

Avis et commentaires

» Lire les avis
Votre avis / commentaire

Votre nom

Votre courriel

Filtre anti spam : Veuillez recopiez le texte ou les chiffres visibles dans l'image
Prix : 2,99 €


 Ajouter

Qui écoute ? (ebook)

L’utilité d’une écoute centrée dans le corps

Alain CORNELY



LA VERSION NUMÉRIQUE DU LIVRE
Qui de nos jours a l'occasion d'être vraiment écouté ? Et qui sait écouter ? L'écoute n'est-elle pas la base même du tissu social ? Une démarche, dans la lignée de Carl Rogers et du zen : l'écoute "s'origine" dans le corps.

Qui de nos jours a l’occasion d’être vraiment écouté ? Et qui sait écouter ? Banalité, mais drame, que de constater que l’écoute est rare de nos jours...  Et pourtant, c’est en même temps :

  •  une telle nécessité pour se développer, pour se sentir exister
  •  une telle jubilation d’être écouté, l’amorce d’une transformation
  •  un tel cadeau à offrir à quelqu’un !

Inspiré des travaux de Carl ROGERS, C.G. JUNG, K.V. DURCKHEIM, Andrée SCHLEMMER, riche de sa propre expérience, Alain CORNELY donne les critères d’une écoute vraie. Le premier se repère dans l’attitude corporelle, le centrage, d’où sa référence au Ki oriental.

Au fil des témoignages, l’auteur explicite les aspects de l’écoute et la méthode CESORA qu’il a élaborée. Son propos a une vaste portée sociale : il traite de l’écoute d’une classe, de la nécessité d’espaces d’écoute dans une société, des relations de pouvoir, des soins palliatifs, jusqu'à la liberté de changer consciemment.

Un livre de fond, un plaidoyer et un manuel pour restaurer l’écoute. Après tout, n’est-elle pas la base même du tissu social ?

Commentaires
Présentation du livre par l’auteur
Une autre vie avec une perception nouvelle de l’écoute.
« Quand l’écoute devient voie d’évolution. » La croyance illusoire de savoir écouter d’une grande majorité maintient une sous-culture de l’écoute. L’écoute est réduite à la compréhension des problèmes. Le cas des gens est répertorié dans les soins et l’éducation et la personne est étiquetée. On auditionne sans entendre et on regarde sans voir et nos propres goûts sont frelatés. Par exemple récemment un des rares fermiers restant à la banlieue d’une ville, a été l’objet de plaintes, les coqs et les vaches faisaient trop de bruits le matin… Mais on ne se plaint pas du fond sonore radio ou télévision en continu, qui devient une drogue…
Avec notre perception nous sentons et ressentons, lorsqu’elle est justement accordée, elle devient la source d’un bon discernement. Son développement passe par une écoute vraie qui permet d’inscrire un sens, une éthique dans nos vies. On sait que l’esprit féminin et l’esprit masculin sont présents dans chaque homme ou femme. Seul le pôle masculin a dominé jusqu’ici, aussi bien chez l’homme que chez la femme en compétition avec l’homme. Cela correspond à unilatéralisme qui a privilégié le cerveau gauche de la rationnalité et on commence seulement maintenant à découvrir l’importance du cerveau droit.
Lorsque l’on additionne tous les temps où nous recevons des informations, qui passent par la lecture, l’audition, la vision. Autrement dit notre « alimentation » en « savoir », « savoir faire » et « être », on se trouve devant le temps le plus long de notre vie en état de veille. Le temps de notre expression, dont nous revendiquons la liberté est le plus court. Du fait de cette absence d’évoute orientée sur l’autre, découle une expression souvent réduite à une verbalisation et on parle pour ne rien dire.
Lorsqu’on souffre, souvent on veut savoir sans écouter. Ni écouter l’autre dans la relation, ni écouter les réponses inscrites dans les cellules de notre corps. Notre refus inconscient d’écoute, nous coupe des souvenirs de ce que nous avons été et une culpabilisation inconsciente nous empêche de les quitter. Nous confondons la formation qui facilite une évolution avec celle d’un perfectionnement qui permet de faire survivre le modèle existant.
Qui a l’occasion de se sentir relié à sa propre profondeur par une écoute vraie ? Alain Cornély fait une synthèse entre sa propre expérience et les concepts de nombreux chercheurs. Un vécu de quarante années d’animation dans des milieux divers, allié à une pratique de psychothérapeute jungien, lui permettent de donner les critères d’une écoute vraie : à l’école, dans la famille, les soins… S’inspirant du kyudo (tir à l’arc zen) il souligne l’importance de la dimension corporelle de la relation centrée. Il dépasse la seule écoute des problèmes et va jusqu’à l’être dans une dynamique de la relation.

Envoi sous 48H

Prix : 2,99 €


Avis des internautes

    Aucun avis pour le moment
Voir la dernière newsletter

Nos thématiques


Services



Rejoignez la page
des Éditions Le Souffle d'Or
sur