Active filters
  • Type: Livre numérique
  • Catégories: Société civile
Filtrer par
Prix
Prix
Type
Type
Catégories
Catégories
Vie en société

Vie en société

Vie en société

Comment vous sentez-vous dans la société des humains, avec ses lois, ses gouvernants ? Heureux.se ou déprimé.e ? En phase, ou en décalage ? En prise, ou impuissant.e ? En paix, ou en révolte ? Découvrez nos livres aux éditions Yves Michel, le prolongement de nos préoccupations personnelles vers la dimension sociétale. www.yvesmichel.org

16 résultats

grid list
Affichage de 1-16 sur 16 élément(s)

Biodiversité, quand les politiques européennes menacent le vivant

Inès TRÉPANT

Plaidoyer pour un décloisonnement des politiques européennes afin de sauvegarder efficacement la biodiversité en Europe. La protection de la biodiversité est un enjeu sociétal majeur qui va bien au-delà de simples histoires de fleurs et d’oiseaux. Cependant, l’Union Européenne échoue systématiquement à répondre aux objectifs qu’elle s’est fixés en la matière ; la création de réserves naturelles n’étant qu’une rustine de fortune. Comment expliquer cela ? Quels sont les enjeux ? Et surtout comment y remédier ? Le modèle agricole européen en faillite subit les assauts de l’idéologie néolibérale et génère une perte de biodiversité en Europe avec les engrais chimiques épandus dans les champs, les plantes génétiquement modifiées et les «bio» carburants mortifères. 

De l’intérieur d’un conseil citoyen

Gérard LÉVAL

Qu’est-ce qu’un conseil citoyen ? Comment fonctionne-t-il ? Quel est son objectif ? Quelles sont les motivations des habitants qui s’y engagent ? Durant 4 ans, Gérard Léval a pris part au conseil citoyen de Lille et de Hellemmes (59) . Il nous fait vivre de l’intérieur sa création, sa mise en oeuvre et son évolution. Les conseils citoyens, nouvelles instances participatives de quartier composées à parité d’habitants et d’acteurs locaux, ont été mis en place au titre de la loi Lamy en février 2014. Ils favorisent l’expression de la parole des habitants des quartiers, notamment ceux éloignés des processus traditionnels de participation, ainsi que la prise en compte de leur expertise d’usage dans le cadre de la politique de la ville.

Des énergies citoyennes

Patrick NORYNBERG

Ce qui compte le plus, aux yeux de Patrick Norynberg, c’est le pouvoir du Nous. La capacité que nous avons, nous les gens, le peuple, de passer du Je au Nous dans nos têtes, concrètement, dans l’action et au quotidien.  Depuis de nombreuses années, il s’attèle à faire vivre ce processus auprès d’élus locaux, responsables institutionnels, professionnels des collectivités locales, citoyens et leurs collectifs, associations. Tous ces acteurs qui agissent à titre professionnel ou militant pour faire vivre la citoyenneté active, pour construire des projets collectifs et transformer les territoires et les quartiers. Patrick Norynberg est un infatigable pollinisateur pour :

Face à l’effondrement, si j’étais maire ?

Alexandre BOISSON, André-Jacques HOLBECQ Collectif

Selon les auteurs, la probabilité d’un effondrement augmente rapidement ; ils en développent les causes nombreuses. Crises géopolitiques, financières, économiques, sociales, écologiques et désorganisation des réseaux de distribution : d’où viendront les premiers symptômes ?  Or, en cas de problème, vers qui vont se tourner les citoyens ? Vers leur maire ! C’est pourquoi il est prudent de se préparer à l’autonomie et à la résilience. Face à l’effondrement, si j’étais maire ? est une alerte à l’intention des élus – en particulier les maires et les conseillers des communes rurales – ainsi que des citoyens :  comment organiser l’autonomie des services vitaux des communes et, sans rien attendre de l’État, les rendre les plus résilientes possible ?  

Les clés de l'habitat participatif

Audrey GICQUEL

Audrey Gicquel vit en habitat participatif depuis 10 ans. Elle livre ici un propos juste, étayé, dynamique et incarné, inspiré de son quotidien et ses rencontres. Pour elle, un habitat participatif n’est pas seulement la construction d’un habitat mais aussi celui d’un collectif. La technique (juridique, financier, etc.), bien qu’indispensable et complexe à appréhender, ne doit pas être la seule préoccupation. C’est le facteur humain qui est essentiel à toutes les étapes du projet, depuis la création du groupe, jusqu’au vivre-ensemble : la manière de communiquer, de prendre des décisions, de transformer les tensions mais également de créer des liens invisibles entre les personnes, le « NOUS » du groupe.

Services publics délégués au privé : à qui profite le deal ?

Isabelle JARJAILLE

Des autoroutes à Notre-Dame des Landes, en passant par la gestion de l’eau, la journaliste répond à une question : à qui profite le deal quand on confie un service public au privé ? Ce livre est une plongée dans les coulisses de contrats désastreux : Béthune paie 400 000€ par an pour que Q-Park encaisse les recettes de son stationnement ; le consortium mené par Vinci pour construire l’aéroport de Notre-Dame des Landes va dépouiller l’État de centaines de millions d’euros ; la SNCF pourrait perdre 200 millions d’euros par an pour rentabiliser la ligne Tours-Bordeaux ; Suez et Veolia sont prêtes à tout pour garder leurs contrats en or. 

Spiritualité et société durable

Julia ITEL

Les créatifs culturels représentent une tendance émergente dans les sociétés modernes : celle de la prise de conscience de revisiter le lien fondamental qui existe entre les humains et la nature. Constituant environ un tiers de la population occidentale, ces individus incarnent des valeurs postmatérialistes de bien-être, et sont ainsi animés par une intention éthique et responsable d’habiter la planète. La spiritualité et le développement personnel semblent être au cœur de leur démarche. Ce livre éclaire le rôle et l’influence de la spiritualité non-religieuse des créatifs culturels dans la construction d’une société humainement et écologiquement soutenable.

Temps de vivre, lien social et vie locale

Alice MEDIGUE

Nous vivons dans une société de la démesure dominée par le temps de l’urgence et de la course perpétuelle. La logique de la gestion efficace et de la consommation a cloisonné et formaté nos espaces sociaux. Il s’agit d’un véritable processus de désappropriation du monde : nous ne sommes plus maîtres de notre vie, mais dépendants de la télévision, de la publicité, de l’urbanisation galopante…