VOTRE COMPTE

 VOTRE PANIER
Vous avez 0 articles
Communication d


Télécharger
» Table des matières

Informations
Editeur : Le Souffle d'Or
Collection : Champ d'idées
Edition: broché
ISBN : 2-84058-292-9
Format : 15 x 21 cm
Nb de pages : 184

Vous aimez ? Faites le savoir !

Avis et commentaires

» Lire les avis
Votre avis / commentaire

Votre nom

Votre courriel

Filtre anti spam : Veuillez recopiez le texte ou les chiffres visibles dans l'image
Prix : 8,00 €


 Ajouter

Communication d'inconscient à inconscient (La)

Une nouvelle écoute thérapeutique

Philippe SIECA


Préface : Didier Dumas
Postface : Anne-Marie Vexiau

La communication d’inconscient à inconscient est un mode de relation entre humains. Elle peut aussi être un outil thérapeutique face à des souffrances qui semblent incompréhensibles.

Depuis quelques années, des accompagnants tentent de franchir les barrières de l'autisme : un clavier d’ordinateur devient le lieu de rencontre entre deux inconscients, et un vecteur de parole (la communication facilitée ). Peu à peu, certains de ces accompagnants ont eu accès à des matériaux psychiques plus profonds. Ce procédé est devenu alors un outil d’exploration du psychisme. Il a été nommé psychophanie par Anne-Marguerite Vexiau.

Sensible à l'inertie et aux résistances inhérentes au cadre analytique, Philippe Sieca s'est interrogé sur les limites des modalités thérapeutiques classiques. C’est pourquoi il a expérimenté d'autres outils, comme la psychophanie, qu'il a introduite dans sa pratique quotidienne de thérapeute. Il montre dans ce livre que l'utilisation de cette technique peut être conceptualisée et utilisée à des fins thérapeutiques de façon très efficace ; il légitime ainsi cette greffe à l'intérieur de cadres thérapeutiques classiques avec toute la rigueur et les précautions dont doit bénéficier la relation d'aide.

Ce livre relate une aventure sans précédent. Il ouvre de nouveaux horizons thérapeutiques et un renouvellement du questionnement sur le psychisme humain.



Commentaires

Commentaire d'Eric Bernard, Psychanalyste :
" La psychophanie occupe une place particulière dans le champ des pratiques humaines. Avec la frappe nous avons vu émerger une clinique qui, à la différence des arts du soin dont la médecine, l'hypnose ou la psychanalyse n'avait au préalable aucun substrat conceptuel dans le champ social ou scientifique. D'où sa vulnérabilité accentuée par le contexte dans lequel elle apparaît.
Le livre de Philippe Sieca, comme d'autres publiés ou à venir, constitue une sérieuse réponse à cette question, ici du point de vue du cadre épistémologique et éthique que représente le continent de la psychanalyse dans sa version plutôt freudienne. Mais disons le sans tarder, en en restituant une clarté, une vigueur inhabituelles, alliées à une ouverture maîtrisée à la périphérie de son champ traditionnel.
En tant que psychanalyste cette lecture m'a réjoui. Dans son style, à travers ses intérêts, les enjeux explicités de son évolution professionnelle, Philippe Sieca montre comment la facilitation peut être intégrée à un cheminement psychanalytique qui se déploie dans le temps d'une cure certes spécifique mais vive, allégée des vicissitudes parfois encombrantes du transfert, profonde par les aspects multiples qu'elle concerne, puissante par les liens explicités qu'elle révèle.
A petites touches, alternant des temps réduits de frappe et un travail d'intégration du matériel co-produit, un dialogue à trois voix se noue: patient, thérapeute - facilitant et cette position tierce que nous avons tous expérimentée que l'on pourrait nommer un " soi " en mouvement.
Les notations cliniques nombreuses, exemplaires dans leur clarté démonstrative, permettent de ressentir l'intégration du travail réalisé par le patient facilité. La fulgurance du matériel produit accompagne le remaniement des représentations de celui-ci, et l'on passe du " je me représente comme... victime, blessé ..." à l'énoncé d'un " je suis ... " profond et singulier.
Bien souvent, Philippe Sieca indique comment le corps vécu dans son économie pulsionnelle ou le corps représenté sont intégrés dans ce mouvement de la frappe même et le patient est parfois concerné dans son énergétique.
Outre sa précision et sa rapidité d'accès à des plans multiples, la facilitation présente des intérêts de poids aux yeux d'un psychanalyste. Le transfert y est mis d'emblée dans une position tierce et si le thérapeute lui-même sait se déprendre de la "magie" de la frappe et du fantasme de l'émergence d'une vérité transcendante, il n'est plus moteur et vecteur de la démarche.
Comme Annette Jean-Caron l'exprimait, c'est la position du Soi émergent qui fait tiers. L'aisance, la voie directe peuvent se substituer aux affres du transfert. La facilitation dans un tel mouvement d'accompagnement thérapeutique donne un accès direct à plusieurs plans : position du patient dans l'inconscient familial, vécus non-intégrés de sa vie archaïque et fœtale, tissage de ses enjeux propres dans les enjeux transgénérationnels.
Ces plans ne sont pas superposés ; Philippe Sieca nous fait ressentir qu'à travers leur intégration explicitée s'expose une structure qui fait sens pour le patient lui-même. La lecture du chapitre sur la "clinique des incorporats" est un régal. Ce travail de mise à jour des constituants du moi qui grèvent parfois si lourdement une vie est rarement effectué dans une psychanalyse. Il est là clair (cela ressort peut être des capacités spécifiques de l'auteur ), et s'accompagne du témoignage des effets produits dans la vie du patient.
Nous avons tous l'expérience dans la psychophanie de l'émergence des effets des deuils non-aboutis et des fidélités dans une lignée. La facilitation les met à jour certes , elle semble aussi en permettre une clinique à travers le temps. No-man's land hors frontière souvent arpenté par les psychanalystes, exceptionnellement évoqué. Ici dans un cadre éthique solide nous sommes conduits à explorer ce que la psychanalyse ne peut théoriser et surtout concevoir : le Un qu'est l'individu dans son contexte d'incarnation dans une reliance symbolique et énergétique conceptuellement loin des paradigmes relatifs à l'identification et statut du sujet produits au 20° siècle.
Mais cela la frappe elle-même s'était chargée de nous le faire saisir. Le déroulement du travail clinique dont témoigne ce livre par l'alternance frappe- dialogue constitue une prise de conscience qui est aussi prise de responsabilité possible pour le patient de ce qu'il en vient à produire. Là aussi avantage non négligeable par rapport à la passivité observée dans certaines cures classiques. Autonomisation au sens premier ( définition de ce qui est juste pour lui ) que Philippe Sieca accompagne en laissant au patient, le temps venu, la liberté de définir fréquence et rythme des séances.
La psychophanie n'est pas révélation de Soi témoin surplombant l'expression des enjeux de la souffrance du facilitant. Le terme grec désigne la mise en lumière progressive de quelque chose qui émerge et non révélation. C'est à une "clinique du sujet" que l'auteur nous invite pour terminer son ouvrage. Resserrons notre propos. Si dans la psychanalyse freudienne l'inconscient tout à la fois cerne et structure les limites, cabossages et charges qui pèsent sur l'avènement du sujet dans la singularité de son être, c'est vers sa reconnaissance, au travers de ces écueils, que le dialogue de la facilitation dans cette perspective thérapeutique conduit. Singularité qui apparaît comme la signature de son incarnation.
Changement de plan. Dans cette lecture, j'ai souvent eu l'impression de voir renouvelés, vivifiés, le sens et l'expérience d'une psychanalyse, complétés par une possibilité d'intégration puissante des plans de l'archaïque, du transgénérationnel et de l'énergétique pour le patient (et souvent une part de sa lignée) ainsi facilité. Cette expérience débouche sur une conscience explicitée de son être qui est aussi la condition d'une responsabilité humaine élargie par l'émergence du soi dans une transpersonnalité tant horizontale que verticale".



------------------------------------------------------------------------------
La Communication Facilitée
La Communication Facilitée est un outil d'apprentissage qui permet aux personnes handicapées, privées de parole ou limitées dans la communication, de s'exprimer. En parvenant à faire part de leurs besoins, sensations, sentiments, elles acquièrent davantage d'autonomie dans l'expression quotidienne et obtiennent de leur entourage un changement de regard et une considération nouvelle.
Avec l'aide d'un partenaire qui lui soutient la main, appelé “facilitant”, le "facilité" apprend à désigner des objets, des images ou des mots écrits pour faire des choix dans la vie courante.
Grâce à cet appui, il parvient aussi à s'exprimer avec des mots et des phrases écrites sur un clavier de lettres en frappant volontairement avec son doigt.
Ainsi, se développent des capacités d'apprentissage, un plus grand désir de communiquer, entraînant souvent un mieux-être général.
Personnes concernées : Enfants et adultes autistes, trisomiques, IMC, polyhandicapés (même atteints de surdité ou de cécité), aphasiques, personnes atteintes de la maladie de Parkinson, d'Alzheimer, dans le coma…

La Psychophanie
C'est une pratique qui permet à toute personne d'accéder à un registre émotionnel, affectif, existentiel, à des zones difficiles à exprimer par la parole. Dans une intention thérapeutique, la Psychophanie permet la mise en relation d'inconscient à inconscient et fait émerger l'expression écrite des ressentis profonds et des émotions du facilité.
En libérant le langage émotionnel, hors des constructions intellectuelles habituelles, elle révèle des obstacles, des noeuds inconscients qu'elle participe à résoudre. Elle a une valeur de dialogue avec soi-même et permet de s'approprier sa propre histoire...

Confédération Francophone Ta Main Pour Parler  http://www.tmpp.net/cf/index.html


Envoi sous 48H

Prix : 8,00 €


Avis des internautes

    Aucun avis pour le moment
Voir la dernière newsletter

Nos thématiques


Services



Rejoignez la page
des Éditions Le Souffle d'Or
sur