VOTRE COMPTE

 VOTRE PANIER
Vous avez 0 articles
Vous êtes ici : Actualités / Vidéos de nos auteurs

Comment et pourquoi renouer avec le sauvage ?


« Le sauvage » fait peur et pourtant renouer avec la Terre nécessite de renouer avec « le sauvage » à l'extérieur comme à l'intérieur de nous. 

Qu'est-ce que « le sauvage » ?

« Le sauvage », c'est l’élan vital. C’est ce qui est hors contrôle. Un animal est sauvage lorsqu'il ne peut être domestiqué. Une terre hébergera toujours du sauvage, à moins d’être rendue complètement stérile par des pesticides. « Le sauvage » est aussi en nous. Il veille à notre intégrité sur le plan physique et sur le plan psychique. Que quelqu'un nous menace et le cerveau reptilien réagit aussitôt, prêt à défendre notre personne !

Notre cerveau archaïque est au service de la vie. Pour ce faire, il peut soutenir aussi bien les causes les plus nobles que les plus terribles.

Le dualisme occidental

Autrefois, la communauté offrait des rituels qui permettaient de donner un espace social au « sauvage » existant en chacun de ses membres. Il n’y a pas si longtemps, les carnavals avaient encore cette fonction. Aujourd’hui, la pensée cartésienne a exacerbé le sentiment de séparation :

  • L'Homme, devenu individualiste, se tient face à un monde-objet dont il exploite les ressources.
  • Il se tient aussi face à lui-même, face à sa propre nature que son esprit veut maîtriser.

Au sommet de l'Empire State Building, symbole de la puissance humaine moderne, King Kong est exécuté par les avions mitrailleurs. Il s'écrase au sol. Mais notre monde occidental ignore qu'on ne peut venir à bout de toute la puissance du « sauvage ».

  • A l'image de la plante capable de percer le macadam pour trouver la lumière.
  • A l’image de la nature qui menace l’humanité par ses réactions (canicules, tsunamis, inondations…)
  • A l’image de nous-mêmes : notre élan vital se manifeste à travers les opportunités qui lui sont offertes. L’art en est un exemple. Mais le capitalisme débridé aussi, qui permet toutes les « sauvageries » possibles en termes de prédation. La pulsion de vie se tourne alors en pulsion de mort : toute vie, toute poésie en nous et autour de nous se trouve menacée.

Vers une nouvelle alliance

Aujourd'hui, le chemin que nous avons à suivre est celui d'une réconciliation avec « le sauvage » : à l'extérieur et à l’intérieur. Renouer avec « le sauvage » permet une nouvelle connexion organique entre notre être et la nature. Nous ressentons dans notre corps ce qui ne va pas en nous et à l’extérieur de nous. Nous sommes affligés et nous avons envie de réagir.

Notre mobilisation vient alors de plus profond : nous sommes impliqués dans notre chair et nous mesurons notre responsabilité.

Marie Romanens et Patrick Guérin

En savoir plus sur le livre

Vous pouvez partager cette page !
Voir la dernière newsletter

Nos thématiques


Services



Rejoignez la page
des Éditions Le Souffle d'Or
sur